Trucs et astuces :

Chapitres : Préface | Introduction | Conseils | Prévenir et agir

S.O.S
Rhumatismes

Trucs et astuces pour ne plus souffrir inutilement...

Rédigé avec la participation du Docteur E. Berger rhumatologue

Préface du Docteur E. Berger

Il existe actuellement de nombreux moyens pour soulager les douleurs articulaires, il faut citer en premier lieu les anti-inflammatoires de loin les plus efficaces qui possèdent de solides atouts. Outre leur effet puissant sur la douleur, ils agissent sur l’inflammation. Les plus utilisés sont les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), c’est à dire non dérivés de la cortisone. Si leur efficacité est réelle, ils peuvent provoquer des effets secondaires parfois graves chez certains patients (ulcère à l’estomac, nausées, brûlures...)

L'acupuncture est proposée dans les douleurs articulaires de diverses origines, quelle que soit leur localisation (dos, hanche, genou, épaule, doigts). Elle n’est en revanche pas indiquée, car inefficace en cas de polyarthrite rhumatoïde ou de rhumatismes infectieux. En période douloureuse, elle se pratique au rythme d’une séance par semaine, pendant environ un mois. De mon expérience, l’acupuncture agit sur la douleur après quelques séances. Le traitement d’entretien peut permettre de stabiliser ou de ralentir l’évolution de la maladie. Malheureusement, les bienfaits de l’acupuncture sont limités dès lors que les malades consultent lorsque leurs articulations sont déjà déformées.

La médecine manuelle : Massages, Kinésithérapie et cures thermales sont de bons compléments dans le cas de douleurs rhumatismales bénignes du dos ou des autres articulations, d’autant qu’ils visent à obtenir une détente musculaire. En revanche, les douleurs inflammatoires ne sont pas traitées.

Autre solution, l’électrothérapie. Elle consiste à délivrer un courant continu de basse ou moyenne tension. Outre l’effet appréciable sur la douleur, cette technique permet de faire pénétrer localement certains médicaments par ionisation. Toutefois, l’électrothérapie est contre-indiquée dans certains cas : grossesse, port de prothèses métalliques, lésions cutanées...

Dernière solution... la phytothérapie (médecine par les plantes) reconnue officiellement en 1986 par le ministère de la santé comme une médecine à part entière.

C’est la plus appréciée de toutes car son action est douce et sans aucune contre indication, et de plus, totalement dépourvue d’effets secondaires indésirables pour l’organisme. Désormais, les plantes sont devenues d’authentiques médicaments.

Les médicaments “de santé”, fruits de la phytothérapie, proposent des traitements de fond idéal dont l’action vous aidera à prévenir les maladies et à traiter efficacement des problèmes chroniques tels que les rhumatismes.

Dans ce cadre d’idée, il me paraît important de vous conseiller et de vous orienter sur cette piste pour soulager vos maux de tous les jours.

Introduction

Les rhumatismes sont parmi les problèmes de santé les plus fréquents, et plus d’un français sur dix en souffre. Rhumatisme est un mot qui regroupe en réalité près de deux cents maladies différentes (arthrite, et autre lumbago...) qui ont en commun des douleurs au niveau des articulations.
L’arthrose arrive largement en tête des rhumatismes et, passée la cinquantaine, personne n’y échappe. Qui ne s’est jamais plaint de mal de dos ou d’une tendinite ? Si la médecine classique propose de nombreux médicaments pour lutter contre l’inflammation et la douleur, ceux-ci ont l’inconvénient d’être souvent mal supportés, en particulier par l’appareil digestif.

Surtout, il est important de ne pas prendre de médicaments qui ne traitent que la douleur, car il faut aussi favoriser la reconstruction du cartilage et la reminéralisation du système ostéo-articulaire.

Mal de dos, Mal du siècle

Votre dos est sollicité 24 heures sur 24. Vous le mettez, en effet, à l’épreuve chaque fois que vous soulevez une charge, lorsque vous êtes assis, debout ou allongé. Avec le temps, les effets d’une mauvaise position, d’un excès de poids ou de mouvements maladroits peuvent être dévastateurs.

Le saviez-vous ? nous bougeons notre dos plus de 2000 fois par jour. Mais un mouvement sur trois que nous lui faisons subir est nocif.

Quels sont les risques ?

La plupart des gens ont, au départ, un dos en bon état, et tant qu’il le reste, lui accordent peu d’attention. Ils s’interrogent rarement sur ce qu’il faudrait faire pour le garder en bonne santé; et pourtant, il est nécessaire d’avoir certaines connaissances pour éviter l’apparition, à terme, de douleurs continuelles. Il est difficile de revenir en arrière, mais une personne bien informée peut mettre fin à des années de mauvaises habitudes et agir préventivement en traitant bien son dos et en effectuant les mouvements de tous les jours en toute sécurité.

Comprendre l’anatomie et l’équilibre

Le dos est une mécanique puissante, mais délicate. Comme toutes les machines, il a besoin de soins et d’attention pour bien fonctionner. Si vous souhaitez le garder en bon état de marche, il faut connaître son fonctionnement et apprendre comment les muscles, les os et tous ses rouages travaillent de concert pour le garder puissant et équilibré.

Les os et les articulations

La colonne vertébrale est faite de vingt quatre os : les vertèbres alignés en trois courbures souples. La colonne est dite “équilibrée” quand aucune de ces trois courbes ne devient prédominante. Les mouvements s’effectuent grâce à la souplesse des articulations, le contact entre les vertèbres étant amorti par les disques.

Les muscles

Les muscles puissants encadrant la colonne vertébrale soutiennent votre dos, conservent son équilibre et lui confèrent une grande flexibilité. Tous ces muscles travaillent ensemble, la faiblesse d’un seul d’entre eux affecte donc l’ensemble, risquant ainsi de compromettre l’équilibre de la colonne vertébrale toute entière.

Les disques

Les disques font office d’amortisseurs. Disposés entre chaque vertèbre, ils permettent aux articulations de bouger en douceur. Quand on est en mouvement, les vertèbres exercent une pression sur les disques qui, lorsqu’ils sont en bon état, sont élastiques et permettent tous les mouvements.

Pourquoi les rhumatismes s’attaquent-ils aux articulations ?

Notre squelette compte 200 articulations qui assurent une double fonction en permanence :

1) permettre le mouvement : nous porter, nous déplacer, tendre le bras, fléchir les genoux, bouger la tête, le corps, etc...

2) amortir les chocs : dans la marche, la gravitation, la course, le déplacement en général.

Une articulation est généralement composée de deux os qui se trouvent l’un en face de l’autre. Chaque extrémité de ces os est recouverte de cartilage, qui est l’élément élastique chargé d’absorber les pressions et réduire les frottements. Pour assurer la souplesse de l’ensemble, la membrane synoviale tapisse la cavité articulaire. Elle sécrète la synovie ou liquide synovial qui va jouer le rôle de lubrifiant dans l’articulation. L’ensemble de ces éléments constitue le principe d’une articulation en bon état de marche. Mais l’articulation est sollicitée des milliers de fois dans une journée, ce qui provoque avec l’âge un phénomène d’usure.

Que se produit-il alors ?

Il y a tout d’abord une dégénérescence des cartilages, associée le plus souvent à des phénomènes inflammatoires : ce qui provoque la douleur.

A la longue, même les os finissent par être altérés et cette détérioration lente peut entraîner alors des déformations articulaires. C’est donc l’usure, et plus précisément la dégradation des points de contact à l’intérieur de l’articulation qui est responsable des rhumatismes et des douleurs qui y sont liées, ou encore des séquelles dues à des fractures, ou à une usure précoce provoquée par le sport.

Avec le temps hélas, peu de personnes échappent aux rhumatismes, et plus on avance en âge et plus les douleurs apparaissent, et gagnent du terrain. Mais des solutions existent, c’est ce que nous allons voir un peu plus loin.

Toutes nos articulations, si fidèles jusque-là, qui nous portent, qui nous permettent de marcher, de tendre les bras, ou de fléchir les genoux, à force de bons et loyaux services, finissent toutes un jour ou l’autre par s’user. Et de ce bel édifice minéral qui forme notre squelette, la colonne vertébrale est bien souvent la première à nous avertir et à crier gare. C’est elle en effet qui est la plus sollicitée.

La colonne vertébrale, cette charpente vitale qui soutient tout individu est comparable à une chaîne qui serait composée de maillons : de 32 articulations qui sont les vertèbres. Il suffit qu’un seul maillon de cette chaîne soit défaillant pour que les autres maillons souffrent aussi et déclenchent de multiples contractures musculaires réactionnelles.

Très souvent, la douleur oblige le reste de notre corps à rectifier ou compenser notre posture, ce qui a pour effet de déclencher d’autres douleurs ailleurs, d’autres contractures musculaires.

Une colonne vertébrale déséquilibrée

La colonne vertébrale est déséquilibrée quand elle perd ses trois courbures naturelles. Toute la journée, elle est étirée, écrasée. Soulever des charges de manière inadéquate, s’avachir sur un siège, ou avoir un ventre proéminent, font de vous une cible toute désignée pour le mal de dos

Soulever des charges Mauvaise position Mauvaise condition physique

- Quand on soulève une charge en la portant loin du corps, les trois courbures de la colonne vertébrale ne sont plus alignées; cela fragilise le dos. En rapprochant la charge de soi, on allège la pression exercée sur le dos.

- Quand on est assis sans que le dos soit soutenu, la partie supérieure du corps exerce une pression importante sur les vertèbres et les disques; avec le temps, l’alignement de la colonne vertébrale se dérègle de manière importante.

- Un ventre proéminent représente une charge qui tire la colonne vertébrale vers l’avant, dérangeant l’alignement de ses trois courbures; les abdominaux s’affaiblissent et les dorsaux se raidissent, augmentant les risques de lésions du dos.

Que se passe-t-il ensuite ?

Des problèmes de dos de plus en plus importants peuvent survenir avec les années, comme la déchirure d’un disque après un mouvement brutal. Le noyau gélatineux du disque risque alors de s’échapper par cette déchirure; cela représente une cause fréquente de douleurs lombaires. Par la suite, les disques s’amincissent et les vertèbres entrent en contact direct les unes avec les autres; cela peu léser les nerfs qui prennent naissance dans la moelle épinière située à l’intérieur de la colonne vertébrale.

Que ce soient des vertèbres cervicales au niveau du cou, ou une vertèbre dorsale, ou lombaire, qui provoque ce “mal de reins” bien connu, la douleur et les contractures envahissent alors le dos. Et si elle dure, le diagnostic tombe généralement au vu des radios : ARTHROSE

L’Arthrose touche pratiquement 2 personnes sur 3, chez les plus de 60 ans ! pourquoi en sont-elles les principales victimes !

Comme nous l’avons vu, le dos et la colonne vertébrale restent particulièrement exposés, mais d’autres articulations du squelette peuvent bien sûr souffrir aussi : les hanches, les genoux, les mains, les poignets, les doigts, etc... Avec l’âge, l’ensemble des tissus du corps se déshydrate. A l’adolescence il renferme 80 % d’eau, alors qu’à l’âge mûr, il n’en possède plus que 60%. L’articulation devient alors moins bien lubrifiée, les cartilages moins lisses, elle se rouille petit à petit et sa mobilisation dans certains cas peut alors devenir douloureuse.

Comme la peau qui se déshydrate, manque de souplesse et finit par se rider, l’arthrose serait “la ride du cartilage”. La dégradation lente du cartilage vient essentiellement de la déshydratation des tissus.

Articulation de la hanche

Cartilage usé (Arthrose) Cartilage sain

Une fois que l’arthrose est apparue dans l’articulation, elle ne se laisse plus déloger de la cavité articulaire, qui est pour elle le refuge idéal. L’articulation devient alors douloureuse au moindre mouvement, les muscles se contractent en permanence pour limiter sinon interdire ces mouvements articulaires douloureux : c’est l’installation des contractures. Les muscles tirant en permanence sur les tendons, ceux-ci s’enflamment : c’est ce que l’on appelle “les tendinites”, qui à leur tour augmentent la douleur à chaque mouvement des articulations et créent un véritable handicap en rendant difficile, puis rapidement impossible, la plupart des mouvements nécessaires à la vie courante.

Sur la colonne vertébrale, les conséquences sont encore plus désastreuses. Non seulement douleurs et contractures sont plus douloureuses, moins bien supportées et plus handicapantes, mais elles interdisent la moindre flexion.

Mais il y a plus grave encore, les contractures déstabilisent l’empilement des vertèbres de toute la colonne vertébrale, créant des pincements et leurs conséquences : “les becs de perroquet” et les pincements des racines nerveuses qui en émergent. Ces pincements de nerfs sont encore plus douloureux et plus handicapants. Ils peuvent même entraîner une paralysie totale nécessitant une intervention chirurgicale rapide.

Quelques conseils pour ménager votre dos et vos articulations

Vous l’avez compris, votre dos et vos articulations peuvent souffrir, c’est pourquoi vous devez en prendre soin chaque jour en appliquant quelques principes simples d’hygiène et de santé. Il faut apprendre à votre “machine corporelle” comment effectuer efficacement les mouvements de la vie de tous les jours en toute sécurité, que vous soyez debout, assis ou allongé. Les bons gestes et les bonnes positions préservent votre colonne vertébrale en maintenant ses trois courbures alignées. Ce n’est pas tout : ils peuvent aussi améliorer votre force et votre souplesse.

Soignez la posture

« Tiens toi droit », qui ne l’a jamais entendu ? Pourtant ce conseil est sans doute le meilleur que l’on puisse vous donner pour vaincre le mal de dos. De nombreuses situations nous contraignent à des postures qui tordent, vrillent notre dos. Il faut penser à chaque instant à maintenir le mieux possible la droiture de la colonne vertébrale.

Se tenir "droit" c'est aussi mieux répartir les charges pondérales le long d'un axe vertical, ce qui a pour effet de soulager de nombreuses articulations qui pourraient à la longue être victimes d'arthrose.

Pensez à choisir de bonnes chaussures, confortables et pas trop hautes, car elles peuvent désagréablement modifier la cambrure du corps et provoquer arthrose ou mal de dos.

Il suffit, pour éviter de nombreux désagréments, d’adopter des gestes simples et quotidiens. Dès le lever, ne vous jetez pas hors du lit comme un boulet. Prenez le temps de mettre en ordre l’ensemble de vos articulations : sortez d’abord lentement les jambes du lit, puis asseyez-vous tranquillement. Alors seulement, après quelques minutes, vous pouvez vous lever, et vous étirer afin de redonner la souplesse à votre corps. Pensez, tout au long de la journée, à effectuer des gestes d’étirement, assis ou debout, votre corps restera ainsi plus souple et moins douloureux. Enfin, le soir, avant de vous coucher, pratiquez encore quelques extensions.

Bougez !

La sédentarité est un des premiers responsables de la survenue des problèmes d’arthrose et de mal de dos. Il est nécessaire de pratiquer un minimum d’activité sportive, mais à condition de ne pas traumatiser à l’excès vos articulations. Certains sports sont à proscrire, comme les sports de force, le tennis ou le golf qui vrillent et affaiblissent les articulations, le rugby, le foot, trop violents, la brasse qui cambre le dos, etc...

La marche rapide, le jogging sur terrain meuble, le vélo, la natation sur le dos, le ski de fond sont par contre des sports tout à fait indiqués au maintien de votre santé articulaire.

Mesurez vos mouvements

Dans la vie quotidienne ou professionnelle, de nombreux gestes peuvent être à l’origine de troubles articulaires. Soulever une charge peut facilement provoquer une lombalgie (le classique tour de reins) : pensez à vous baisser en pliant les jambes et non pas en vous courbant, vous maintiendrez ainsi une répartition verticale des charges, ce qui soulagera d’autant votre colonne vertébrale.

Eviter de pratiquer des travaux en force de façon prolongée. De même pour les travaux où les gestes sont répétitifs, car vous risquez d’accumuler un stress trop important sur vos muscles et vos articulations.

Prenez le temps de vous détendre et de laisser reposer votre corps.

A chaque mouvement, pensez en économie. Il existe toujours une position ou un geste qui soulagera les articulations les plus fragiles. N’hésitez pas à utiliser des outils destinés à réduire votre effort.

Soulagez vos articulations

Tout le monde connaît l’effet apaisant d’une poche de glace sur une entorse ou d’une bouillotte sur un muscle endolori. La chaleur comme le froid peuvent procurer un soulagement, malheureusement souvent temporaire de la douleur.

La chaleur a une action relaxante sur les muscles. Elle soulage les contractions douloureuses, stimule la circulation sanguine et favorise l’élimination des toxines. On peut l’appliquer localement, par exemple avec un gel de massage chauffant, ou de façon globale en prenant une douche bien chaude (il faut éviter le bain qui a un effet amollissant). L’application de chaleur est par contre moins conseillée sur des articulations enflammées, car elle peut aggraver la situation.

Le froid combat efficacement les signes de l’inflammation en réduisant la douleur et le gonflement articulaire. Par son action de constriction des vaisseaux sanguins, il ralentit l’ensemble des processus nerveux et inflammatoires. Il provoque un engourdissement localisé de l’articulation atteinte.

Outre l’application d’un sac de glace ou d’une compresse froide sur l’articulation enflammée, on peut utiliser tout aussi efficacement un gel de massage à effet froid, pratique depuis longtemps utilisée par la plupart des sportifs de haut niveau et même les sportifs amateurs.

Par ces simples conseils de bon sens, vous pourrez prévenir et apaiser la plupart des petits problèmes quotidiens. Mais soulager votre dos et vos articulations passe aussi impérativement par une action en profondeur sur la nutrition et les apports en éléments essentiels protecteurs.

Depuis que j’ai moi-même eu à souffrir de mal de dos pendant des années avant de constater qu’un apport en éléments nutritifs d’origine naturelle allait changer ma vie, je suis devenu absolument formel sur ce point : il faut apprendre à nourrir nos articulations le plus tôt possible afin de prévenir, conserver ou restaurer une parfaite mobilité articulaire.

Prévenir et agir

Actuellement, il est quasi impossible de reconstituer un cartilage endommagé. Mais grâce à la phytothérapie, il est possible aujourd’hui de combattre efficacement les douleurs et leurs contractures pour lutter contre les conséquences handicapantes de l’arthrose et mettre en oeuvre une stratégie de prévention, le but étant d’éviter les poussées douloureuses, voir inflammatoires. Et surtout empêcher que le mal ne progresse.

Protéger le cartilage

Le cartilage est principalement constitué d'une matrice solide qui contient des fibres de collagène et des protéoglycanes qui sont les principales responsables de l'élasticité et de la résistance du cartilage. Ces deux éléments sont synthétisés par les cellules cartilagineuses. Deux molécules particulières interviennent dans leurs fabrication : la glucosamine et le chondroïtine sulfate. Si ces molécules font partie intégrante du tissu cartilagineux, on peut aisément les trouver naturellement dans certains produits d'origine marine.

Parmi les études les plus récentes, deux produits d'origine marine ont prouvé leur efficacité dans la régénération du tissu cartilagineux. Ils sont extraits de façon naturelle du cartilage de certains poissons, comme le requin. Parfaitement assimilés par l’organisme, ils agissent en toute sécurité, rapidement et efficacement, tant contre la douleur que l’inflammation. Et les résultats sont vraiment extraordinaires. A tel point que d’importants travaux scientifiques sont actuellement en cours et intéressent de nombreux médecins et thérapeutes qui défendent avec ferveur les formidables vertus des produits naturels et biologiques encore trop peu connues du grand public.

La glucosamine active la synthèse des protéoglycanes et du collagène par les cellules cartilagineuses. Elle tient une place de premier plan dans la construction et surtout la régénération du tissu cartilagineux. Elle lutte en plus contre l’oxydation cellulaire qui accompagne l’inflammation et possède une action anti-douleur tout aussi efficace que de nombreux médicaments modernes, sans en avoir les inconvénients sur la santé. Bien qu'ayant une activité anti-inflammatoire légèrement plus faible que celle des médicaments classiques de référence, elle est 1000 fois moins toxique, ce qui justifie son intérêt dans le traitement et la prévention des rhumatismes.

Le chondroïtine sulfate augmente la production de protéoglycanes. Il empêche la dégradation des fibres de collagène et protège les cellules cartilagineuses contre les agressions extérieures. Plus qu’une action simplement protectrice, le chondroïtine sulfate ralentit sensiblement l’usure du cartilage, d’autant plus s’il est soumis à de rudes charges. Son action contre la douleur est puissante.

Glucosamine et chondroïtine sulfate ont une efficacité encore plus grande lorsqu’ils agissent en synergie, ainsi que l’ont prouvé plusieurs études scientifiques qui ont évalué leur efficacité dans l’arthrose du genou et les douleurs vertébrales. Chaque fois, l’amélioration de la mobilité a été rapide. L’état inflammatoire a été significativement réduit, sans aucun effet secondaire indésirable.

La principale source externe de glucosamine et chondroïtine est le cartilage de poisson, et plus particulièrement le cartilage de requin qui possède en plus la faculté de renforcer les défenses naturelles de notre organisme. C’est aussi la garantie d’un produit de haute pureté biologique.

Des plantes reminéralisantes et antalgiques

Le respect d’une bonne minéralisation osseuse et articulaire est essentiel dans la lutte contre les douleurs. Certaines plantes ont depuis longtemps prouvé leur efficacité dans le maintien d’une bonne minéralité et dans la lutte contre la douleur.

Le bambou est en fait un roseau qui peut atteindre plusieurs mètres de haut. Cette plante commune du sud asiatique est maintenant acclimatée dans de nombreux pays. Sa forme rappelle celle de la colonne vertébrale, ce qui a sans doute attiré l’attention des médecins il y a des siècles de cela. Il est maintenant prouvé que l’exsudat tiré de sa tige est un excellent reminéralisant. Cet exsudat est particulièrement riche en silicium organique, un minéral qui intervient dans la synthèse osseuse, mais qui stimule aussi la production de collagène articulaire et renforce ainsi sa résistance.

La reine des prés, plante commune des régions humides de nos latitudes, possède, outre ses propriétés anti-inflammatoires, une action antalgique spécifique. Elle contient en effet des dérivés proches de l’aspirine. Elle représente ainsi une excellente alternative aux traitements médicamenteux souvent mal supportés. Elle est riche en oligo-éléments participant à la reminéralisation et à la protection des articulations.
La reine des prés possède également des propriétés détoxifiantes qui permettent de drainer en profondeur l’organisme pour faciliter l’élimination des toxines et des déchets métaboliques souvent à l’origine des douleurs articulaires.

Le cassis a une activité anti-inflammatoire comparable à celle de la reine des prés, sans aucun inconvénient. Il améliore aussi l’élimination des toxines, souvent mises en cause dans les phénomènes douloureux. On l’utilise d’ailleurs depuis des centaines d’années pour soulager les poussées douloureuses de l’arthrose et contre les lombalgies.

L’harpagophytum est une plante spécifique du sud de l’Afrique. Son surnom de “griffe du diable” lui vient de ses fruits portant des crochets recourbés qui paraissent sortir de la terre pour emprisonner les pattes des antilopes. Les racines sont riches en glucoiridoïdes douées de propriétés anti-inflammatoires dont l’efficacité est remarquable dans le traitement des rhumatismes et de l’arthrose. L’harpagophytum agit sur la douleur et sur l’inflammation. Il améliore nettement la mobilité des articulations remplaçant avantageusement les traitements classiques anti-inflammatoires car il permet d’en diminuer les doses et il est dénué de toute toxicité.

Il ne provoque pas d’effets indésirables notamment de maux d’estomac.

Les sportifs l’utilisent aussi avec succès pour éviter les tendinites et les douleurs articulaires dues à l’effort.

La racine d’harpagophytum favorise aussi l’élimination de l’acide urique et à ce titre est efficace dans le traitement de la goutte, où il existe une composante inflammatoire. De très nombreuses études cliniques sont venues confirmer ses propriétés. L’harpagophytum existe en gélule et aussi en gel de massage pour une action locale complémentaire anti-inflammatoire, antalgique et décontracturante.

Dépourvue de toute substance toxique, l’harpagophytum est donc fort salutaire pour tout le système.

Ces plantes se présentent de plus en plus souvent en association, sous la forme d’extraits plus efficaces, permettant une plus grande synergie d’action.

Pour ce faire, vous pourrez retrouvez sur ce site des produits spécifiquement adaptés aux besoins de vos articulations, commercialisés par la Société de Produits Naturels située à Genève (Suisse), qui fabrique et distribue depuis de nombreuses années des produits véritablement efficaces pour soulager les douleurs d’origines rhumatismales, parmi lesquels :

le BAUME DU SIAM AU GINSENG, L'ARTHROSANTÉ, L'ARTHROFLEX, L'ARTROGENOL et L'HARPAGOPHYTUM.

Le formidable BAUME DU SIAM AU GINSENG, que l’on surnomme également l’anti-douleurs absolu ! 100 % à base de principes actifs naturels, ce remède agît comme un puissant antalgique d’action locale, capable de neutraliser la douleur en quelques minutes, sans aucun effet secondaire.

Quelque soit votre âge, ce baume soulage durablement les douleurs dans le dos (sciatique, lumbago, lombalgie, dorsalgie...), douleurs musculaires (courbatures, foulures, crampes, torticolis...), douleurs articulaires (rhumatismes, arthrose, coxarthrose, périarthrite...), et la liste est encore longue.

Vous pourrez également essayer une boisson “miraculeuse” qui s’appelle ARTHROSANTÉ mise au point par un moine herboriste scientifique, le Révérend Père David. Grâce à ses vertus, cette boisson a redonné espoir à de nombreuses personnes qui souffraient de douleurs rhumatismales parfois insoutenables.

De récents travaux scientifiques indiquent même que cette boisson serait capable de freiner et même empêcher la destruction du cartilage.

En complément, vous pourrez également vous soulager rapidement avec le concentré chauffant ARTHROFLEX. Sa formule associe la griffe du diable (harpagophytum) ainsi qu’une composition d’huiles essentielles destinées à décontracter le métabolisme musculaire : la citronnelle, la coriandre, le cumin, l’eucalyptus, le gingembre, la marjolaine, la sauge. S’ajoute à cette composition, le capscium bien connu pour calmer les douleurs et les contusions.

A essayer en particulier, ARTROGENOL qui est certainement le meilleur produit pour répondre aux besoins nutritifs de vos articulations. L’association d’extrait marin de cartilage de requin, de plantes protectrices et anti-inflammatoires synergiques et de cuivre en font un acteur essentiel pour le bienfait de vos articulations qui retrouveront et conserveront rapidement jeunesse, souplesse et mobilité. Dosé de façon optimisée, ARTROGENOL diffuse progressivement ses principes actifs, sans aucun effet secondaire, donc sans inconvénient.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21
E-mail :
Mot de passe :
> Se connecter
> Créer un compte
Nos témoignages
Chèque cadeau
Frais de port
* dès 60 € d'achat (France métropolitaine)
Avantages fidélité